mercredi 23 novembre 2016

Film : Les Animaux Fantastiques



     Norbert Dragonneau est un sorcier britannique, passionné par les créatures magiques, fraîchement débarqué aux Etats-Unis dans un contexte des plus tendus. Nous somme en 1926 et le Congrès Magique fait fasse à une créature invisible qui ravage la ville de New York menaçant ainsi de révéler existence de la magie au reste du monde.


Fin du suspense : ce film est remarquable. Après avoir été bercer par la Saga Harry Potter toute mon enfance, me voilà qui me replonge dans l'univers magique de J. K. Rollings par un nouvel angle. 

L'univers de fond reste le même mais on change d'époque, de lieux, on prend des protagonistes plus âgés et des enjeux différents. Et oh miracle ! Ca fonctionne ! Le film est, à mon avis, principalement fait pour les Potter-fans ayant grandit. Je garderais toujours cette nostalgie de la découverte de l'univers fantastique d'Harry Potter, mais revisionner ces films qui ont plus ou moins bien vieillis, qui sont tournés jeune publique, je n'y prend plus autant de plaisir... Et là, j'ai eu l'impression que cette nouvelle saga était faite pour me rattraper, me replonger le nez dedans et toucher un publique plus âgé. A vrai dire, je pense même que je la préfère déjà ! Plus mature, plus grandiose, plus fine dans son humour, peut-être plus difficile d'accès pour les non-initiés mais c'est un vrai régal dans mon cas. 

Le film réussit ainsi à être complet, entier et indépendant tout en venant titiller nos souvenirs. Il mêle le grand spectacle aux blagues légères, remplissant l'espace d'une multitude de petits détails travaillés qui donnent une richesse folle à l'univers. Les personnages sont terriblement attachants et interprétés par des acteurs très talentueux. Le film est esthétique et nous en met plein la vue. A part une scène où Nobert caresse un de ses animaux, où j'ai aperçu la supercherie par un léger manque de réalisme dans ses mouvements, tout colle ! C'est de l'ordre du détail à ce niveau là. 



J'ai néanmoins regretté un ou deux éléments scénaristiques qui n'étaient pas assez justifiés. Le fossoyeur de Films les a lui aussi noté dans sa critique :
  • Ainsi la destruction en chaîne dans New York qui arrive vers la fin, me parait complètement superficielle vis à vis de l'histoire et semble avoir pour unique but de rajouter de l'action grandiose, ce qui en gâche un peu la saveur... 
  • Et la solution miracle au tout dernier problème qui, pour reprendre les mots du fossoyeur, laisse un petit gout amer de "Ta gueule c'est magique". 

Dommage, on était presque sur un sans faute ! Les autres grands ressorts de la recette des films à succès Américains qui traversent cet opus sont bien emmené et ne ternissent pas le film, à mon gout. Au contraire, ils dynamisent un peu l'ensemble et sont dosés avec justesse. Presque, presque parfait ! Je vous laisse donc découvrir le premier volet de cette nouvelle Saga et, je l'espère, le savourer avec autant de plaisir que moi !


Ah et ... SPOILER ALERT :
Et ce moment OMFG où le film te dit "Et ouais, ya Johnny Depp dans un Harry Potter, QUESTAAAAAA!"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire